Le Conseil fédéral ne prend pas au sérieux l’égalité des sexes – notre prise de position

Plus d’un demi-million de personnes sont descendues dans la rue lors de la grève nationale des femmes* le 14 juin pour protester contre le fait que l’égalité des sexes n’est toujours pas une réalité, en Suisse comme à l’étranger. Visiblement, le Conseil fédéral ne prend pas cette revendication au sérieux. Dans son nouveau Message sur la coopération internationale (CI) 2021-2024 –en consultation jusqu’au 23 août- l’égalité entre les sexes cesse d’être un objectif stratégique à part entière. SANTÉ SEXUELLE Suisse, PeaceWomen Across the Globe et le cfd –l’organisation féministe pour la paix- s’insurgent contre cette décision. Dans leur réponse à la consultation, les trois organisations exigent que l’égalité entre les femmes* et les hommes* reste un objectif stratégique en soi de la coopération internationale sans cesser d’être abordée de manière transversale (gender mainstreaming).

 

Le Conseil fédéral n’a pas non plus tenu compte de l’égalité des sexes dans les décisions importantes relatives à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 de l’ONU sur le développement durable. Fin juin, 37 organisations ont fait parvenir une lettre ouverte au Conseil fédéral. Elles y critiquent l’absence du Bureau fédéral de l’égalité entre hommes* et femmes* (BFEG) au sein du comité interdépartemental de gestion de l’Agenda 2030 composé de 12 offices fédéraux. Le fait que le BFEG n’y soit pas représenté laisse augurer un manque d’expertise en matière de genre dans la mise en œuvre stratégique de l’Agenda 2030. En outre, le Conseil fédéral a désigné deux hommes* comme délégués à l’Agenda 2030. Alors que l’égalité au travail est devenue une priorité au niveau fédérale, les organisations signataires attendent de la Confédération qu’elle promeuve la parité dans ses engagements, notamment pour les postes à responsabilités. La réponse du Conseil fédéral à ces critiques donne à réfléchir. Elle n’aborde pas le contenu des revendications formulées dans la lettre ouverte et se borne à souligner de manière abstraite l’importance de l’égalité des sexes en tant qu’objectif spécifique et exigence transversale dans tous les domaines politiques.

 

Pour que ce principe ne reste pas lettre morte, le Conseil fédéral doit veiller à ce que l’expertise en matière d’égalité entre femmes* et hommes* soit assurée au sein du comité de direction de l’Agenda 2030. Elle doit également apporter des corrections au message sur la coopération internationale et continuer à faire de l’égalité des sexes un objectif à part entière et ainsi qu’une question transversale. Elle doit par ailleurs ancrer l’égalité entre les femmes* et les hommes* dans la stratégie de développement durable 2030, prochainement en consultation.

 

Communiqué de presse du 21.08.2019

 

Prise de position sur le message 2021-2024 sur la coopération internationale suisse

 

Lettre ouverte au Conseil fédéral



retour